La déesse Lakshmi et la maîtresse de maison, une complicité particulière

« De toutes les divinités conviées dans la maison, Lakshmi est chère aux cœurs des femmes et les multiples intentions qui lui sont adressées reflètent l’importance du culte à la Déesse dans l’Hindouisme. Dans l’univers domestique tamoul, Lakshmi, épouse de Vishnou, incarne la bonne fortune et l’épanouissement en ce monde, à savoir Beauté, Abondance, Prospérité et Bonheur conjugal. L’image de Lakshmi la plus populaire la représente assise ou debout sur un lotus et tenant cette même fleur dans chaque main et flanquée de deux éléphants déversant sur elle une pluie bienfaisante ou des pièces d’or. Elle figure également sous les noms de « Padma » ou encore « Kamala » qui signifient lotus. Il semble alors naturel que les kôlam qui matérialisent sa présence la symbolisent par des lotus figuratifs ou abstraits qui deviennent plus élaborés le mardi et le vendredi, deux jours dans la semaine perçus comme particulièrement de bon augure pour célébrer la déesse. »[1]

Hema célèbre ses dieux ou déesses en écrivant un petit texte avec le kôlam ou une prière. Voici pour Lakshmi:

En hommage à la déesse

“Sarva gyaye Sarva Varadae
Sarva dushta bhayankarae
Sarva dukhaharae Devi
Mahalakshmi Namostutay”

“You grant favours to your children
Even as you scare the evil away!
You remove the misery from our lives
Oh Divine Goddess Lakshmi…
Please accept my Salutations “

[1] Extrait de mon livre « KÔLAM et KALAM, Peintures rituelles éphémères de l’Inde du Sud, Editions Geuthner, 2010, page 46

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.