Inde du sud

Le Kérala

Le Kérala, long ruban de terre niché entre la mer d’Oman et les massifs des Nilgiris dialogue avec les voyageurs depuis l’Antiquité. De ses flancs riches en forêts aux essences multiples, dévalent des rivières qui portent au plus profond d’elles les secrets de ce pays à l’agriculture florissante. Dans les plaines surpeuplées et quasi-équatoriales, rizières, bananeraies et palmeraies dessinent un paysage en camaïeu.

Son ouverture sur l’océan a favorisé des échanges tant culturels que commerciaux avec le monde entier et ses ports furent le siège d’une activité intense à travers les siècles. Les Romains échangeaient leur or jaune pour de l’or noir appelé poivre dont ils chargeaient leurs bateaux et Marco Polo raconte dans le livre « Le devisement du Monde », l’extraordinaire richesse du pays.

Jusqu’à la fin du 13ème siècle , Kollam dans le sud du Kérala fut le centre principal de commerce pour les marchands chinois. Les portugais avec Vasco de Gama et les hollandais participèrent activement au développement des activités maritimes, les Français dont l’influence sera moindre installeront néanmoins un comptoir à Mahé. Ils seront supplantés par les Anglais au cours du 18ème siècle.

Des philosophes, des réformateurs, des poètes importants y voient le jour. C’est ainsi qu’au 8ème siècle de notre ère, Adi Sankara, enseigne la doctrine connue sous le nom de Védanta « non dualiste », Melputtur Narayana et Puntanam Namp?tiri laissent en héritage des écrits considérés aujourd’hui comme des fleurons de littérature religieuse sanskrite.

Sri Narayana Guru, un autre réformateur du 20ème siècle, déterminé à lutter contre les pratiques injustes et discriminatoires du système des castes rallient tous les membres de communautés défavorisés sous une même bannière qui prône : « une caste, une religion et un dieu pour l’homme ».

Le Kérala est aussi une étrange mosaïque où coexistent musulmans, chrétiens et juifs depuis des siècles et confortent ses habitants dans cette image d’harmonie et de tolérance dont ils sont fiers.